Reçu le 19/10/2020, de J. V. via Info@bois-cambre.brussels

Citoyen(ne) habitant la commune de 1050 Ixelles

Madame le Ministre,

Tout changement doit s'accompagner de mesures concertées et ne peut être imposé manu militari à la population. Nous sommes, jusqu'à preuve du contraire, encore en démocratie !

Vous n’arrêtez pas de prendre des décisions unilatérales qui s’avèrent dangereuses (ex. : fausses pistes cyclables pour des cyclistes qui ne respectent même pas le code de la route : feux rouges, ronds-points, priorité de droite,… ; pour les voitures, 30 km/h, voire 20 km/h. qu’évidemment personne ne respecte,…). Tout cela est surréaliste mais la Belgique n’est-elle pas le pays du surréalisme ?

Votre dernière trouvaille est, avec le Bourgmestre Philippe Close, la fermeture quasi-totale (totale par après ?) du Bois de la Cambre.

Comment pouvez-vous prétendre améliorer l'environnement et la qualité de vie des habitants dès lors qu’il n’y a eu ni concertation ni dialogue avec eux ? Votre décision, que vous prétendez être dans l'intérêt du bien-être des citoyens et de l'environnement, entraîne une situation chaotique et dangereuse du trafic autour et alentour du bois de la Cambre.

Elle rend la vie impossible aux riverains et navetteurs.

Je suis moi-même lourdement et quotidiennement impacté par vos mesures :

En ce qui nous concerne, ma femme et moi, nous sommes âgés respectivement de 74 et 76 ans. Ma femme est atteinte d’un cancer et je souffre de graves problèmes cardiaques. Nous devons nous rendre plusieurs fois par semaine à l’hôpital Ste Elisabeth, avenue De Fré (nous habitons avenue Maurice à Ixelles)… Nous mettions 10 minutes pour y être… Grâce à vous, Madame le Ministre, nous mettons maintenant entre 30 et 45 minutes, même en prenant un autre itinéraire que par le bois. Je précise qu’il n’y a pas pour nous de possibilité de nous y rendre par les transports en commun, ni, vu notre âge, à vélo ( !), ni en taxi (trop cher, plus polluant et tout aussi bloqués dans les embouteillages autour du bois).

Je conclus que nous sommes vraiment à Bruxelles (en Belgique ?) dans le DÉNI DE DÉMOCRATIE qui n’est qu’un aspect de ce que certains économistes appellent maintenant l’ECO-SOCIALISME.

Je vous remercie de votre attention et d’une éventuelle réponse que je n’attends évidemment pas car elle ne sera que « politique ».

J. V.

Nous rejoindre

Pour être régulièrement tenu(e) au courant de l'avancement de la situation, ainsi que de toutes nos actions!

Chargement