Reçu le 18/10/2020, de S. A. via Info@bois-cambre.brussels

Citoyen(ne) habitant la commune de 1180 Uccle

Je me permets de vous écrire car ma petite famille habite une maison chaussée de Waterloo (entre Defré et Churchill).

Depuis les changements de circulation, nous vivons comme s’il y avait une tempête et que le bois était fermé.

À partir d’une certaine heure, ce sont des files gigantesques de voitures - camions - bus (TEC, De Lijn, transports scolaires) à l’arrêt, moteurs tournants, polluants, bruyants(moteur, musique , discussion téléphonique..) devant chez nous.

Nous ne sommes déjà pas « gâtés » en temps habituel mais maintenant, nous vivons quasi constamment (sauf la nuit ) dans la crasse, la pollution, le bruit, la nervosité, l’agressivité... dans l’immobilité!

Car si les véhicules sont bloqués, nous le sommes également.

Nous évitons un maximum de sortir une fois que nous sommes rentrés à la maison.

Nous évitons un maximum également de prendre la chaussée alors que nous y habitons et nous sommes habitués à rouler dans les petites rues.

Maman solo de deux enfants, nous n’avons pas les moyens de déménager et nous essayons de rester dans la petite maison familiale.

Depuis la rentrée, mes enfants prennent tous les jours le bus chacun dans un sens car les conduire ou les accompagner m’est impossible.

Ils sont tous les deux bloqués ; surtout mon fils de 11 ans, pour aller à l’école des Églantiers, près de l’IRSA.

Parfois, il en a marre des bus remplis, bloqués (la chaussée de la Hulpe et ses environs sont devenus horribles)...et il va en trottinette (5km de grosses montées & descentes; dans le noir et le froid du matin ainsi que la pollution...). Autant vous dire que je stresse tous les matins..

Pour ma fille, 12 ans, pour aller au collège St Vincent - St François, le blocage est le passage de la bascule dans les deux sens.

Deux enfants avec des activités sportives, avec des troubles d’apprentissages(thérapies), avec des soins médicaux ...et pas toujours à côté de la maison ni avec des transports en commun aisés (multiples correspondances, horaires compliqués, fréquences rares...).

Pour ma part, je suis enseignante dans l’enseignement spécialisé à Woluwé et les personnes à mobilité réduite sont également à protéger.

3 transports en commun avec du matériel (10kg d’ingrédients pour faire de la pâte à sel par exemple)n’est pas réaliste.

Quand il neige, je le fais mais le temps de parcours passe de 30 minutes à 1h20 l’aller.

En vélo, j’ai essayé un week-end et 1h de parcours l’aller (il n’est pas possible de prendre une douche à mon travail et cela rallonge encore le temps).

Malheureusement , j’ai presque 50 ans et le vélo m’est contre indiqué car j’ai une hernie cervicale avec canal étroit, arthrose et des névralgies cervico - brachiales.

Ma voiture me permet d’avoir du temps pour mes enfants et leurs activités , pour mes élèves et leurs activités ainsi que pour moi (enfin presque).

Elle me coûte cher, sans oublier un changement obligatoire en 2025, le projet de taxe kilométrique....mais on n’a pas toujours le choix!!

Nous utilisons TOUS les moyens de transports (beaucoup à pieds, en trottinettes, en vélos, en transports en commun , en voitures...) selon la longueur du trajet, le temps disponible, les activités, la santé , les possibilités...la vie, en fait!!

Le week-end, nous profitons du Bois de la Cambre et nous aimerions le faire, à nouveau, en semaine.

Il n’y a plus personnes dans le bois en semaine... ni piétons, ni vélos...

Notre cas est loin d’être isolé.

Merci de nous entendre, de nous comprendre, .... mais surtout d’agir pour que nous retrouvions une vie saine et sereine.

S. A.

Nous rejoindre

Pour être régulièrement tenu(e) au courant de l'avancement de la situation, ainsi que de toutes nos actions!

Chargement