Reçu le 14/10/2020, de . . via Info@bois-cambre.be

Les nouvelles contraintes de mobilité imposées aux Bruxellois incitent, hélas, à tout sauf à la sérénité. 

Nous avons, pour la plupart,  fait des choix de vie et de quartier, notamment pour ce que ceux-ci pouvaient nous offrir en qualité de vie et en liberté de mouvement.

Pour ceux d’entre nous qui ont fait le pas de devenir propriétaires et de s’investir plus largement financièrement avec sacrifice, la situation frise l’insupportable.

Résidente du quartier du cimetière d’Ixelles, je m’insurge face au manque de clairvoyance et à l’incompétence des autorités en charge des projets de mobilité.

Je me sens en danger en tant qu’automobiliste, en tant que cycliste et en tant que piéton.

Comment en sommes-nous arrivés là ? Tout allait relativement bien avant. Il y avait des progrès à faire, c’était certain. Mais où est le progrès ?

Je m’insurge encore face aux priorités établies, qui ne sont que celles d’une minorité et non celles des citoyens, avec la volonté d’engorger notre si jolie ville, d’en faire un enfer que les Bruxellois ne pourront plus supporter.

Car oui, les Bruxellois fuient leur ville, exaspérés par toutes ces libertés dont on les prive, à leurs frais de surcroît.

On crée des castes d’usagers de la route, toutes ennemies les unes des autres. On nous fait perdre toute notion d’espace partagé. Voire de civisme.

En exemple d’incohérence totale, je citerai le merveilleux boulevard à vélos sans fin du boulevard Général Jacques dont on nous gratifie, avant même d’avoir pensé qu’il s’agissait du seul itinéraire possible pour la déviation mise en place suite au chantier du pont du chemin de fer de Delta. Une épreuve de sang froid pour quiconque, navetteur comme riverain, un défi quotidien dont le gagnant du jour ne sera autre que celui qui aura vu le moins de feux de signalisation alterner du rouge au vert depuis sa position statique.

Pour rappel, nous avions déjà pris plus que suffisamment notre mal en patience pour l’aménagement de la piste cyclable (probablement à nos frais aussi).... à quoi bon ?

Se rajoute à maintenant à tout ça la fermeture du Bois...

Où allons-nous ?  Eh bien nulle part, puisque ne sommes tous coincés sur place !

. .

Nous rejoindre

Pour être régulièrement tenu(e) au courant de l'avancement de la situation, ainsi que de toutes nos actions!

Chargement